Saint-Jean-de-Luz et Ciboure

Dans les pas de l’artiste Jean Pattou, déambuler sur le front de baie, au cœur de la ville ou sur le port, est un régal (1). Cet amoureux du pays Basque, venu du nord de la France, a entraîné son épouse Martine Elissalt à Hong Kong, New York, Rome, Barcelone pour y exposer et faire admirer ses œuvres. Architecte, urbaniste, aquarelliste, il nous livre des dessins et peintures d’un réalisme saisissant de ces deux villes estivales si proches. Incontestablement, ses œuvres reflètent la vie et l’activité des hommes de Saint-Jean-de-Luz et de Ciboure avec leurs traditions et leur histoire. L’empreinte laissée par le mariage de Louis XIV avec l’Infante Marie-Thérèse d’Autriche ou encore celle de Vauban et le fort de Socoa en sont les exemples les plus probants. Jean Pattou capte l’éclat des lieux, se les approprie, les réenchante. Ses aquarelles séduisent le lecteur devenu visiteur qui, entre rêve et réalité, pénètre dans un univers où les façades des maisons, les bateaux de pêcheurs, les places éclairées des couleurs rouges du crépuscule expriment une intemporalité non dénuée de charme. Rendons grâce à l’auteur et à l’éditeur d’avoir su ajouter à la beauté des sites diverses interviewes d’habitants des deux communes pour creuser encore plus profonde l’histoire de ces lieux et l’attachement, de mémoire perdue, de la population à travers ses fêtes patronales, notamment à la Bitxintcho. Peyruco Duhart, maire de Saint-Jean-de-Luz, souligne le mérite de l’artiste d’avoir su mettre en perspective inédite et colorée le patrimoine luzien. Guy Poulou, maire de Ciboure, patrie de l’épouse de l’artiste, s’inscrit dans la dualité de sa ville, à la fois terrienne et maritime, bordée par la mer, rythmée par les vallonnements, tantôt plane, tantôt escarpée, façonnée par son histoire et son vécu. Dominées par la Rhune, baromètre du temps qu’il fera demain, les peintres, musiciens, architectes ou sculpteurs, venus en visite, y ont été séduits et parfois durablement. Un bel ouvrage sur ces deux cités qu’il faut savourer lentement avant leur découverte aux vacances prochaines.

1 – « Saint-Jean-de-Luz – Ciboure – Vue d’en face » – Jean Pattou – Éditions Atlantica – Juillet 2013 – 25 €.

Laisser un commentaire