Benjamin Franklin

En 1771, à l’âge de 65 ans, Franklin commence à écrire ses mémoires sous forme d’une lettre adressée à son fils William, gouverneur de New-Jersey (1). L’un des plus grands hommes de la nation américaine livre avec précision, parfois avec humour, ses souvenirs qui concernent la première partie de sa vie. Benjamin Franklin est né à Boston, le 17 janvier 1706 et décédera à Philadelphie, le 17 avril 1790. Écrivain, physicien et diplomate, il fut corédacteur et signataire de la Déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique, en 1776. Il est aussi l’un des pères fondateurs des États-Unis dont il devint le premier ambassadeur de France. La première partie des mémoires a été écrite à Twyford, en 1771. Cette résidence appartenait au docteur Shipley, évêque de Saint-Asaph, grand ami de Franklin. Cette correspondance révèle que c’est à Passy qu’il a vécu les plus beaux jours de sa vieillesse, de 1776 à 1785. Elle fait mieux connaître la cour de France, les ministres qui conseillent Louis XVI : De Vergennes, Gérard de Rayneval, Castries, Necker. Franklin parle souvent de Lafayette. Il écrit en un français parfois hésitant quelques-uns de ses essais pour plaire à sa voisine Mme Brillon. Ainsi la collection de toutes les œuvres morales de Franklin est réunie en France. L’auteur précise «qu’on peut admirer l’unité d’une vie où tout est honnête, sincère, vigoureux. Il dit ce qu’il pense et fait ce qu’il dit. Il ne sait qu’une façon d’arriver au bonheur ou du moins au contentement de soi-même : c’est le travail, l’économie, la probité. Telle est la recette qu’il donne à ses lecteurs». À la demande de M. Hachette, Édouard Laboulaye s’est attelé à cette tâche de traduction des correspondances de 1725 à 1757, à Glatigny-Versailles, en 1865, pour notre plus grand plaisir. Une vraie découverte.

(1) « Benjamin Franklin – Mémoires » – Edouard Laboulaye – Éditions Gascogne – Février 2012 – 19 € TTC. 

Laisser un commentaire