46 – L’Arsenal de Tarbes : Un second départ…pour le Ministre

Le ministre Millon remarque que le coût de ce plan social de 1,70 MF équivalait à une année de fonctionnement du Centre de Tarbes. Pour Pierre Forgues, c’est «un désastre global, collectif et individuel. On n’a donné aucune signification industrielle au mot reconversion. De toute façon, nous ne sommes pas là pour entériner des choix désastreux. […]

Trois canons anciens à Tarbes (3)

Le caractère le plus remarquable de l’œuvre de Gribeauval n’est pas l’excellente adaptation de ses matériels à leur emploi mais la manière dont ils ont été définis par leur créateur. En vue d’en permettre la fabrication répétitive dans les meilleures conditions, le dessin des bouches à feu est radicalement simplifié et leur ornementation supprimée. On […]

44 – L’Arsenal de Tarbes : Vic-en-Bigorre pétitionne

Le mardi 7 mai 1996, Claude Larronde fait une communication devant le Conseil municipal de Vic-en-Bigorre sur la situation de «la grande entreprise qui subit les contrecoups d’une conjoncture nationale particulièrement préjudiciable au département. Une raison supplémentaire pour œuvrer à la défense de l’entreprise dont la santé a des incidences sur toute l’économie des Hautes-Pyrénées». […]

42 – L’Arsenal de Tarbes : Le Comité de défense s’installe

Le jeudi 4 avril 1996, dans l’hôtel Brauhauban, le Comité de défense se met en place. Les premiers membres sont : François Abadie, sénateur des H.P, Pierre Abadie, président du club Edelweiss, Christian Barat, salarié de GIAT, Philippe Barrière, secrétaire du Parti communiste français des H.P, Francis Bignes, commerçant à Tarbes, René Blasco, secrétaire du […]

Les palaces de Pau (2)

Renée Mourgues aurait pu évoquer l’agrément de quelques détachements de l’armée d’Arthur Wellesley, marquis de Wellington, poursuivant Jean de Dieu Soult, maréchal de France, en retraite, qui apprécièrent l’accueil chaleureux de la population paloise, en mars 1814. De là, peut-être, l’attirance des Anglais pour la capitale béarnaise ? Mais il fallut qu’en 1842, Alexander Taylor, […]