33 – L’Arsenal de Tarbes : Adieu mon Général !

Tarbes est garnison d’artillerie depuis l’arrivée du Lt-colonel de Reffye, en 1871. Télescopage de l’histoire, c’est à cette époque – 1874-1878 – que le lieutenant Ferdinand Foch sert au 24e Rgt d’artillerie. À la Noël de l’année 1877, Antoine Brauhauban, chef d’escadron en retraite et ancien maire de Tarbes – 1875-1877 – fait donation à […]

32 – L’Arsenal de Tarbes : Le testament de l’Artilleur

L’État-major a décidé que le canon à balles du colonel De Reffye serait déclassé comme arme de guerre et reversé à la défense mobile des places militaires. Le rapport des délégations invitées par De Reffye à ses conférences, est soigneusement enregistré. La précision des réponses du Directeur aux divers questionnaires du Comité est à interpréter […]

31 – L’Arsenal de Tarbes : La fonderie de bronze, fer et fonte

De Reffye intègre une fonderie relative aux canons à balles et aux petites pièces de bronze : « Il serait en effet très préjudiciable d’être obligé d’envoyer à Bourges nos âmes de mitrailleuses assemblées pour les envelopper de bronze. Le paquet pourrait se déranger en route et l’on risquerait de manquer l’opération. Il est aussi […]

30 – L’Arsenal de Tarbes : Il est presque terminé…

L’autorisation ministérielle du 22 juin 1874 permet à l’ATS de construire un bâtiment n° 100 avec caves, rez-de-chaussée, un premier étage et grenier pour l’administration générale de l’entreprise et un logement pour la direction n° 200 avec caves, rez-de-chaussée et deux étages. Cette construction est à deux corps symétriques pour le Directeur et le Sous-Directeur. Ces deux hôtes […]